ARAVOH accuelliante avec tasse de thé

Le coeur de l'activité de l'association est l'accueil dans son local, le Vallorbe-Café

ARAVOH propose également
un atelier-enfants, un atelier-femmes, des visites-touristiques et un groupe-taxi

ARAVOH est une association de bénévoles qui offre un lieu d'accueil de jour, indépendant, et des activités aux requérants d'asile et aux réfugiés en transit dans le centre fédéral pour requérants d'asile (CFA) de Vallorbe.

Les requérants d'asile et les réfugiés arrivent à Vallorbe après un long parcours, souvent douloureux, et n'y reste que quelques semaines. Engagés et solidaires, les bénévoles essayent, dans ce court instant. de créer un contact et apporter un peu de réconfort et de soutien.

En 2000, alors que le « Centre d'Enregistrement pour Requérants d'Asile » (CERA) était transféré de Genève à Vallorbe, où il devient le « Centre d’Enregistrement et de Procédure » (CEP), une poignée de ‘femmes et d’hommes de bonne volonté’ décident de mettre sur pied l’association ARAVOH.

1. Un contexte : le CEP à Vallorbe

Alors que 300 requérants d’asile étaient facilement ‘noyés’ parmi les 300'000 habitants de Genève, les mêmes 300 ne passent pas inaperçus chez les 3'000 Vallorbiers ! Occupant l'ancienne caserne près de la gare, le CEP offre 270 places en dortoirs de 16 lits. Le séjour qui était de 30 jours maximum, va maintenant jusqu’à 90 jours. Nourris et logés, chaque requérant reçoit CHF 3.- par jour pour téléphoner, se déplacer ou passer le week­-end chez des connaissances. C’est bien peu pour des personnes qui ont souvent tout laissé derrière …

Fouillés à chaque rentrée au CEP, les requérants n'ont le droit d'y introduire ni nourriture, ni stylo, ni téléphone portable, ni objets de toilette … L'alcool, la drogue, les armes sont bien évidemment interdits.

La plupart des requérants arrivent sans papiers en Suisse par des filières de passeurs, après un voyage périlleux de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois. Ils viennent en majorité de l'Ex-Yougoslavie, d’Europe de l’Est, du Caucase, du Moyen Orient, de l’Asie du Sud et d'Afrique, surtout de la corne de l'Afrique : une quarantaine de nationalités doivent cohabiter dans une promiscuité, parfois à la limite du supportable. Environ 70% sont des hommes, le plus souvent jeunes, seuls ; 30% sont des femmes seules ou avec enfants.

2. Pour quoi ? Une double action …

L’objectif d’ARAVOH est d’abord d’apporter accueil et assistance aux requérants d’asile transitant par le CEP. Notre association a aussi voulu servir d’interface entre eux et les différents secteurs de la population vallorbière.

Un lieu d’accueil

Depuis juin 2011, les requérants sont reçus dans un nouveau module d’accueil proche de l’ancienne gare de marchandises de Vallorbe : un local spacieux et deux bureaux, l’un pour le service juridique et l’autre pour l’Internet-Corner.

Du lundi au vendredi, des bénévoles se relaient par deux, le matin et l'après-midi, pour offrir thé, café et jeux, présence et chaleur humaine. De 60 à plus de 150 requérants défilent chaque demi-journée. Mis en confiance par une ambiance conviviale, beaucoup parlent de leur pays, de leur famille qu'ils ont dû quitter ainsi que des difficultés de leur situation.

Les rencontres avec des responsables locaux

Sur l’initiative d’ARAVOH, des représentants de la Commune, du CEP, des commerçants, des CFF, des transports publics et des églises, se réunissent quatre fois l’an. Ces « multipartites », permettent d'être à l'écoute de la population vallorbière et de rechercher des solutions aux problèmes causés par le voisinage du CEP.

Depuis peu, suite à ces rencontres, des nouvelles collaborations ont été mises en place : l’ARAVOH organise des visites culturelles dans la région (Musée du Fer, Juraparc, etc.) ; par ailleurs, le CEP ayant demandé à l’ARAVOH d’animer un « atelier-enfants », deux bénévoles pénètrent dans « La Forteresse » chaque mercredi après-midi !

3. Avec qui ?

Deux partenaires essentiels … L’accueil que nous offrons n’aurait pas beaucoup de sens sans l’apport de deux autres entités essentielles :

L’aumônerie du CEP

Quatre aumôniers (2 catholiques, 2 protestants) sont présents à tour de rôle au CEP. Ils offrent une écoute attentive aux requérants qui se confient à eux. Des Bibles en différentes langues sont à disposition. Les aumôniers accompagnent les requérants dans leurs nombreuses questions tant sur leur situation actuelle, leurs épreuves récentes, que leur avenir. Ils les orientent vers le SAJE pour toute question juridique et vers l’accueil de l’ARAVOH.

Le SAJE (Service d’Aide Juridique aux Exilés)

Trois conseillers juridiques et un-e stagiaire assurent une permanence régulière. Ils informent et assistent les requérants dans leurs démarches administratives et juridiques. En cas de décision de non-entrée en matière (NEM), ils interviennent pour les recours, pour autant que des motifs valables soient déterminés par la situation du requérant.

4. Comment ? Nous avons des besoins …

L'ARAVOH sollicite le soutien de toute personne ou organisme ouvert à la situation difficile des requérants d'asile :

  • Des nouveaux bénévoles : L’équipe de l’accueil, forte de plus d’une cinquantaine de bénévoles, doit constamment être renouvelée.
  • Un appui financier : Un budget de plus de CHF 75’000.- (pour 2011, avec seulement 7% de frais d'administration, toute l'équipe étant bénévole) ne peut pas être couvert par les seules cotisations des membres (CHF 30.- par membre individuel et CHF 100.- pour les collectifs). Chaque année, nous devons trouver des dons et des subsides pour maintenir nos activités.
  • Des nouveaux membres : tous renseignements auprès de Mme Yvette Fishman, responsable des finances, Moulinet 21, 1302 Vufflens-la-Ville, tél 021 701.33.67, ou .
  • Organiser une rencontre d’information : adressez vous à M. Danilo GAY, tél. 022 364.74.51,
  • Visitez notre site : www.aravoh.ch.

Merci d'avance pour votre intérêt et votre soutien !